Maladies des gencives : types et causes

Sommaire

La plaque dentaire, qui se forme en continu dans la bouche, contient des bactéries à l'origine des caries, mais pouvant également affecter les gencives et autres tissus qui assurent l’ancrage des dents. Des maladies des gencives apparaissent alors, avec un impact variable sur la santé bucco-dentaire, du simple saignement au cours du brossage à la perte des dents. Explications.

 

Maladies des gencives : deux types de maladies parodontales

Également appelées « parodontopathies », les maladies parodontales existent sous deux formes : la gingivite, superficielle et qui ne concerne que les gencives, et la parodontite, plus profonde et qui touche l'ensemble des tissus qui entourent la dent.

La gingivite, inflammation de la gencive

La plus bénigne des maladies de la gencive, la gingivite est facilement contrôlable avec un détartrage et une reprise de l'hygiène bucco-dentaire.

Elle est généralement associée aux symptômes suivants :

  • gencive rouge, alors qu'elle est rose claire en situation normale ;
  • gencive gonflée, parfois douloureuse ;
  • saignements spontanés ou en cas de contact (avec des aliments ou au cours du brossage des dents) ;
  • mauvaise haleine.
Consulter la fiche pratique Ooreka

La parodontite, inflammation des tissus de soutien

Une gingivite non traitée peut évoluer en parodontite : l'inflammation se propage aux autres tissus de soutien de la dent, notamment à l'os qui la supporte (l'os alvéolaire) et au ligament qui permet son ancrage. La parodontite est plus compliquée à gérer que la gingivite.

Les dents se déchaussent, deviennent mobiles et finissent par tomber si la maladie n'est pas prise en charge rapidement et correctement.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Causes des maladies parodontales

La plaque dentaire

Les maladies parodontales sont liées à la présence de microbes dans la sphère buccale. Une substance collante chargée de bactéries, la plaque dentaire, se dépose sur les dents et dans les intervalles situés entre les dents et les gencives. Ce film, incolore, contient également de la salive, des fragments de cellules et des restes d'aliments.

La plaque dentaire peut être éliminée par un brossage de dents efficace, mais elle se forme à nouveau 4 à 12 h après celui-ci.

Formation de tarte

Lorsque la plaque dentaire n'est pas éliminée, elle durcit peu à peu. Du calcium et du phosphate s'associent pour former des sels de phosphate de calcium à l'origine de l'apparition de tarte.

Ce dépôt jaunâtre et dur, plus ou moins adhérent à la surface dentaire et plus ou moins acide en fonction du temps d'accumulation, ne peut pas être éliminé par le passage de la brosse à dents ni un fil de soie. Seul le dentiste, manuellement ou à l'aide d'ultra-sons, peut l'enlever.

Des bactéries qui agressent les tissus

Les bactéries de la plaque dentaire fabriquent différents composés, enzymes et toxines, qui affectent la gencive et les autres tissus parodontaux. La bactérie Porphyromonas gingivalis (Pg), par exemple, est souvent présente en cas de gingivite,

Le système immunitaire, en tentant de contrôler l'infection, entraîne une inflammation : la zone est rouge, gonflée et douloureuse. Sans traitement, et avec le temps, l'inflammation se propage le long de la racine dentaire et évolue en infection qui détruit l'os alvéolaire. On retrouve alors une poche bactérienne constituée de bactéries très toxiques qui bombardent le corps de toxines qui se disséminent dans tout l'organisme.

Lire l'article Ooreka

Facteurs de risque des maladies parodontales

Les maladies parodontales surviennent plus fréquemment lorsque le système immunitaire est mis à mal et que l'organisme est affaibli. Ainsi, le stress, le tabagisme, la présence de maladies comme le sida, les hépatites, le diabète ou des carences en minéraux et en vitamines (notamment C et B3) augmentent le risque de les développer.

Certains médicaments peuvent aussi favoriser leur apparition :

  • la ciclosporine, médicament immunosuppresseur prescrit après des greffes d'organes ou pour traiter des maladies auto-immunes ;
  • la phénytoïne, prescrite en cas d’épilepsie ;
  • les inhibiteurs calciques, comme la nifédipine, pour lutter contre l'hypertension artérielle et les troubles du rythme cardiaque.
Lire l'article Ooreka

Parodontie et rôle de la nutrition

L'alimentation joue également un rôle important dans l'apparition des maladies parodontales. Il faut tenir compte à la fois des macronutriments et des micronutriments.

  • Côté macronutriments :
    • il faut limiter sa consommation de glucides (sucres ajoutés, boissons sucrées...) pour éviter les saignements gingivaux (d'autant qu'ils participent indirectement à la formation de la plaque dentaire en alimentant les bactéries) ;
    • il faut éviterd'avoir une alimentation acidifiante c'est-à-dire avec trop d'acides gras saturés (d'origine animale pour la plupart) et des aliments industriels, puisqu'ils favorisent le développement des maladies parodontales en créant un déséquilibre acido-basique ;
    • il faut en revanche consommer suffisamment de protéines (mais pas en excès) pour permettre le bon renouvellement cellulaire au niveau buccal.
  • Côté micronutriments :
    • un manque de vitamine C provoque des gingivorragies indépendamment de l’hygiène buccodentaire d'où l'importance d'en consommer en quantités suffisantes (on connaît l'histoire des marins qui avaient développé un scorbut car ils ne consommaient ni fruit ni légumes lors de leurs longues traversées) ;
    • un défaut de vitamine D entraîne des saignements au niveau des gencives. Il est donc cette fois encore recommandé de manger régulièrement des fruits frais, riches en vitamine D et de s'exposer au soleil, pour réduire l’inflammation parodontale et les saignements. Par ailleurs, la vitamine D participe à la minéralisation des dents (et des os) ainsi que de l'os alvéolaire autour des dents en permettant aux minéraux de bien se fixer.
Lire l'article Ooreka

Maladies parodontales nécrotiques

Il existe des formes sévères de gingivites et parodontites, à traiter en urgence ; on les appelle les formes ulcéro-nécrotiques.

La gingivite ulcéro-nécrotique aiguë

La gingivite ulcéro-nécrotique aiguë peut apparaître chez des sujets de tout âge, mais se rencontre plus fréquemment chez les jeunes adultes.

  • Elle est également appelée « angine de Vincent » ou « bouche des tranchées », car elle était fréquemment observée chez les soldats pendant la 1re guerre mondiale.
  • Elle se traduit par l'apparition d’œdèmes au niveau des gencives, de saignements et de douleurs vives. Les gencives prennent une teinte grisâtre et les papilles, zone des gencives qui forme un triangle entre les dents, se nécrosent.
  • Les patients peuvent également présenter de la fièvre, des malaises et ont une haleine fétide.
  • Elle est associée à la présence de bactéries spécifiques (Prevotella intermedia, Fusobacterium nucleatum et des espèces appartenant aux genres Treponema et Selenomonas) et de virus (Cytomégalovirus et virus d'Epstein-Barr).
  • Son apparition est favorisée par différents facteurs, comme le stress, la fatigue, les carences nutritionnelles ou le tabagisme.

La parodontite ulcéro-nécrotique

La parodontite ulcéro-nécrotique se manifeste de la même manière que la gingivite ulcéro-nécrotique, mais se caractérise en plus par une atteinte des tissus de soutien de la dent.

Maladie des gencives : la gingivite desquamative

La gingivite érosive chronique est une affection rare qui touche principalement les femmes.

Elle n'est pas causée par les bactéries de la plaque dentaire, mais elle est associée à la présence de maladies inflammatoires ou auto-immunes comme le lichen plan érosif, le pemphigus vulgaire ou la pemphigoïde cicatricielle.

La gingivite desquamative se caractérise par un décollement des couches externes de la gencive, qui met les nerfs à vif et se traduit par de vives douleurs.

Lire l'article Ooreka